Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site
Site gratuit créé sur
Club Nature Désidérien

Vassieux-en-Vercors

     Niché au cœur du Vercors, Vassieux est un bourg de 350 habitants où résonnent encore les événements héroïques et tragiques de la Seconde Guerre mondiale. Point stratégique de la Résistance, le 21 juillet 1944 les Allemands détruisent le village et massacrent sa population sans distinction, civils et maquisards. Ville martyre, Vassieux fait partie des cinq communes qui reçurent le titre de Compagnons de la Libération.

      Détruite à 90% la ville a été reconstruite au même endroit par devoir de mémoire

     L’église Notre-Dame-de-l’Assomption, bâtie en 1955 par l’architecte Pierre Myassard, a fait l’objet d’une importante restauration dont le parti pris a été d’une part de conserver le caractère artistique initial de la nef, d’autre part de susciter la collaboration de deux artistes contemporains pour l’aménagement du chœur :

  • Jean-Marc Cerino (qui vit et travaille à St-Etienne) pour la conception de l’autel et des vitraux du Choeur. Inscrits sur un panneau d’un seul tenant (sans plombure), les deux Témoins, un jeune homme et une jeune femme, dont les présences discrètes rendues par le dessin blanc, « apparaissent et disparaissent, comme un flux, comme quelque chose de toujours là mais de jamais acquis… ». Pour Jean-Marc Cerino « Être là », à Vassieux, c’est déjà témoigner, mais c’est aussi – par la jeunesse des figures – être une espérance pour l’avenir : « Témoigner du passé, tout en acceptant la vie sans se résigner ».
  • Carmelo Zagari (qui vit et travaille à Crespian dans le Gard) pour la création du triptyque. Au centre, la scène de L’Assomption flanquée à gauche par celle intitulée "Les âmes fortes" et à droite "Un jour nouveau". Entre rêve et réalité, cette œuvre monumentale construite sur plusieurs codes de lecture incarne les vicissitudes de la vie. En bas à droite est représentée la petite Arlette Blanc dont toute la famille a été décimée par une bombe allemande : entourée des cadavres de sa famille, Arlette a agonisé deux jours les jambes brulées sans boire ni manger avant qu'on ne la retrouve  mais elle n'a pas survécu.

Musée départemental de la Résistance                              Carcasse de planeur utilisé par les allemands