Club Nature Désidérien

MĂ©morial de la RĂ©sistance: Vassieux en Vercors

     Edifié à 1300m d'altitude, au col de la Chau, le mémorial offre un panorama imprenable sur la plaine de Vassieux et le massif du Vercors. L'architecture contemporaine du mémorial et le parcours de visite immersif, sonore et visuel, vous plongent au cœur de l’histoire de la Résistance dans le Vercors.
      La découverte du mémorial de la Résistance permet de ressentir les émotions qui ont animé les femmes et les hommes qui se sont engagés. Un cheminement pour apprendre, comprendre et se questionner sur nos valeurs contemporaines.

       Dès 1942, le Vercors accueillit les premiers  résistants bientôt rejoints par les nombreux réfractaires au STO. La situation du massif et son relief se prêtèrent à l'installation d'un maquis organisé qui comptait en 1944 environ 400 personnes .

Mais après le débarquement du 6 juin 1944, ce sont près de 4000 personnes qui se rassemblèrent pour empêcher les troupes allemandes du Sud de rejoindre la Normandie. Une première avancée allemande fut bloquée le 15 juin.

      Le 14 juillet, le Vercors fut ravitaillé en matériel par une importante opération de parachutage. Mais 15000 soldats allemands commencèrent alors l'encerclement du massif.

      Le 21 juillet des commandos allemands largués par planeurs à Vassieux commencèrent le massacre des résistants et leur dispersion. L’hôpital de Saint-Martin fut évacué dans la grotte de la Luire à laquelle les allemands donnèrent l’assaut le 27 juillet.

Un seul blessé en réchappa et les infirmières furent déportées à Ravensbrück. 

      Les représailles durèrent jusqu’au 19 août
      Au total près de 800 habitants et maquisards y perdirent la vie.

      Un monument fut élevé à la mémoire des résistants du Vercors au col de la Chau .
      A Vassieux-en-Vercors le musée de la résistance retrace l’histoire du maquis. 

      A NOTER: L’existence pendant un an et demi d’un maquis dans le Vercors n’est possible que grâce au soutien des habitants : toute dénonciation serait irrémédiable.

     Tous connaissent la présence de ces groupes d’hommes vivant dans les bois, et avec qui ils ont des contacts réguliers.

      Le soutien de notables locaux (instituteurs, curés, maires, hôteliers…) facilite cette acceptation par les villageois ; chez certains l’accommodation est minimale, d’autres observent une neutralité bienveillante.

      Pour les plus engagés, l’aide est active et multiforme : guidage, approvisionnement, planque, accueil à domicile.

  Pour plus d'information sur la résistance en Vercors cliquez sur les liens:

Service facile et gratuit

Commencer
Créez votre blog professionnel avec